SERVICES-HANDICAPS-DISGRACE

SERVICES-HANDICAPS-DISGRACE

JE SUIS LAIDE GROSSE ET HANDICAPÉE

Je suis laide, grosse et handicapée !!!

La lecture d'un certain commentaire m’a donné l'envie de vous parler de mon ressenti d’handicapée" vraiment mal foutue, comme pourraient le dirent certaines personnes.
c'est du lourd, du vécu

selon les critères "habituels", je suis handicapée ; je n'ai qu'un bras, je suis de petite taille, environ 1,65 cm, et légèrement grosse.
selon mes propres critère, ça va
je n'ai certes qu'une main, mais je sais m'en servir suffisamment bien pour que ma vie soit pratiquement satisfaisante

j'ai quand même un regret : j'aurais vraiment aimé savoir jouer de l'accordéon
mais d'une part, si j'avais pu, ma grosse flemme aurait peut-être été un handicap beaucoup plus important : je n'ai jamais pris la peine d'apprendre à jouer de l'harmonica, instrument proche de l'accordéon et tout à fait accessible avec une seule main !
d'autre part, lorsque j'entends la musique, je me dis que l'oreille apporte des plaisirs tout aussi intenses et beaucoup plus immédiats !

Il y a quelques années, mes parents, m'ont faite appareiller, avec une prothèse,
pendant 10 ans, j'ai été "comme tout le monde", mais pour le coup vraiment handicapée !
Imaginez-vous vous trimballer avec un bout de ferraille au bout de votre membre d'origine ! avouez que c'est plutôt encombrant
du coup, mon équilibre habituel (certes tordu) en était tout déséquilibré

il faut préciser que je n'ai jamais connu d'autre choses :
ma mère ne devait plus avoir assez de laine pour me tricoter et elle a dû estimer qu'une main était moins utile d'un pied, une tête, ou un endroit plus intime, pour pouvoir connaitre l’amour physique. enfin bref, merci maman de ne pas avoir choisi celui là, il m'apporte bien des satisfactions qu'aucune main supplémentaire ne saurait remplacer

un jour, je me suis dit que je pouvais apparaître "comme tout le monde", mais seulement de loin, par temps de brouillard et encore, en marchant vite, de près ce n'était qu'une illusion
et puis est-ce que je tenais vraiment à être "comme tout le monde"
qu'est ce que cela signifie ? se fondre dans la masse ? être de la couleur des murs pour ne pas être remarquée ?
non, ce n'était pas ce dont j'avais envie.
En pleine construction de ma personnalité à l'adolescence, je voulais me trouver moi, qui n'étais ni une autre ni tout le monde.
et puis l'idée qu'il y ait, en quelque sorte, tromperie sur la marchandise me gênait quelque peu

J’ai alors décidé de me séparer de ma prothèse et je ne l'ai jamais regrettée
je montre désormais ce qu'il y a à voir
ceux à qui cela ne convient pas n'ont qu'à regarder ailleurs où il y a sûrement des choses plus intéressantes

j'ai bien essayé, au moment de renouvellement de ma prothèse (tous les 5 ans, la sécurité sociale m'en offrait une nouvelle pour remplacer la précédente, sale, cabossée et devenue trop courte et trop étroite)
j'ai proposé de remplacer la main par quelque chose de plus utile : un moteur sur lequel on aurait pu adapter au choix, une perceuse, une scie sauteuse, un batteur pour monter les blancs en neige, une brosse à dent...
non, refus, quand je regarde certains de ces pauvres gens avec tous ces doigts au bout de toutes ces mains, je me dis qu'il y en a qui ne sont vraiment pas gâtés par la vie
je dis les doigts, les mains, mais ça peut être autre chose, ce n'est pas l'abondance qui fait le bonheur !
encore une fois, c'est l'histoire du verre à moitié vide et du verre à moitié plein ;
si on ne voit que le vide, c'est insupportable
par contre, dans le plein, il peut y avoir des choses très riches

et puis le handicap, c'est surtout dans la tête qu'il est c'est la représentation que l'on a de soi même, de son inscription dans une famille, dans un projet, dans une société qui fait que l'on se sent entier et pleinement à sa place
le chômage est un handicap beaucoup plus destructeur car il s'attaque à la vie sociale, il exclue et en excluant il finit par détruire l'estime que l'on a de soi

et la connerie alors ça c'est le handicap le plus lourd
de celui là, jamais on ne s'en remet parce qu'en plus, on n'en a parfois même pas conscience. Sur le plan intime ? je dois dire que jusqu'à une période relativement récente, c’était plutôt le calme plat. Je me donnais du plaisir avec ma seule main. Puis, j’ai fais une rencontre, un homme, d’a peut prêt la même taille que moi, mais en plus mince, avec ses quatre membres, mais avec une disgrâce physique, différente de la mienne, mais avec une disgrâce tout de même.

Lui aussi était seul, j’ai appris que sur le plan intime, il avait eu un peut plus de chance que moi, malgré, une vie sentimentale plutôt faible, il a connu un petit nombre de femme, à fait l’amour avec elle, avec consentement mutuel. Il semble qu’au début, il n’était pas très doué en amour, mais, plus il à pris de l’âge, et des informations avec des magasines, des dvd pour adultes, il a appris à donner et recevoir du plaisir. Il s’avère que ses rencontres de quelques mois maximum, puis, souvent malgré lui, il se retrouvait seul, comme moi.

Centaines personnes, m’ont informé sur cet homme, plus en mal qu’en bien, et comme je ne suis pas du genre, à prendre « pour argent comptent » certaines informations, certains ragots, ou autres rumeurs, j’ai préféré me faire mes propres opinions, par moi-même. Déjà, comme lui, je ne juge pas sur l’apparence physique générale. Et d’ailleurs, je suis bien, mal placée moi-même, pour juger les autres vue ma propre apparence.

J’ai donc décidé de faire sa connaissance, par moi-même, et donc de juger si les informations que l’on m’en avait données, étaient véritables. Et bien non, en effet, je me suis aperçu, que lorsque l’on prenait la peine de le connaitre, Et si lui-même, se trouvait en confiance, il pouvait être sociable, serviable, à l’écoute… Il souhaite seulement que l’on respecte sa tranquillité, que l’on ne s’impose pas à lui sans son consentement, sans son accord. Et pourquoi pas, ou est le mal à cela ? Il peut vous proposer de vous offrir un café si vous le croisez en ville, en ce qui me concerne, j’ai accepté, puisque je n’avais rien à, perdre, au contraire, un peut d’amitié, un discutions, un échange d’idées. Et peut-être plus, si consentement mutuelle. Il pourra s’il surmonte une certaine timidité, venir vers vous, et comme je l’ai dit vous proposer un café, entre autre. Cela, peut aller plus loin, une petite balade, puis pourquoi pas, il pourra proposer de vous inviter chez lui.

A vous de refuser, ou d’accepter, mais surtout, ne mentez pas, en prétextant que vous êtes déjà en couple, que vous attendez ou que vous rejoignez votre « copain » ou « fiancé », alors que cela est faut, vous vous mentez d’abord à vous-même surtout.

Je l’ai accompagné chez lui, il m’a reçue avec respect, et gentillesse, au bout d’un moment, il m’a demandé si je voulais aller dans sa chambre, j’ai accepté, je pouvais très bien refuser, et partir, mais j’ai accepté. Bien sur, je savais très bien, que ce n’était pas seulement pour la voir, mais bien pour faire l’amour. Et je dois dire, que je ne l’ai pas regretté. Peut-être, parce que cela me manquait depuis comme lui, longtemps. Je ne l’ai pas regretté, J’y ai pris un véritable plaisir. Alors, mesdemoiselles, avant de juger uniquement sur l’apparence, puis sur des informations certainement plus fausse, déformées, que véridiques. Rencontrez le, discuter, avec lui, si vous le souhaitez faites l’amour avec lui, il vous caressera, vous embrasera, vous prodiguera un cunnilingus (il vous léchera votre sexe), si vous le souhaitez, les seins…puis je vous laisse à votre imagination…



26/05/2013
0 Poster un commentaire